Pour laisser vos commentaires, merci de cliquer sur le titre de l'article

Petits poèmes (2)

Coin-Coin, le canard

 

Qui patauge dans la baignoire ?

C’est Coin-Coin, le canard.

Un canard pour de vrai

Avec des pattes palmées.

 

Il plonge son bec

D’un coup sec, d’un coup sec

Dans l’eau qui s’ébroue

Et qui fait des remous.

 

A force de patauger,

Il provoque un raz-de-marée.

L’eau coule sous la porte

Et l’emporte, et l’emporte.

 

Bientôt, toute la pièce est inondée ;

C’est une vraie calamité.

Manon accourt du salon,

Prête à sortir de ses gonds

 

La punition pour Coin-Coin

C’est de se retrouver au coin.

Il ne fera plus de bêtises,

 

Ça, c’est chose promise

4 commentaires

Petits poèmes pour la jeunesse

Un bonobo nageait dans la rivière

A la recherche de bananes bien sucrées.

Il rencontra Manon pas vraiment fière

Qui trempait ses jolis petits pieds.

 

«Petite fille, qu’as-tu dans ton panier ?

Il y a trois jours que je n’ai rien mangé ».

 Elle répondit : regarde par toi-même

Car, là, tu  vois, j’ai vraiment un problème

 

Le bonobo fouilla dans la besace

Et découvrit un régime complet.

Il avala une banane bien grasse

Et se trouva tout de suite plus replet

 

Il demanda à Manon qui souriait :

Que puis-je faire pour te remercier ?

« Peux-tu m’aider à me faire traverser

Car je ne sais pas très bien nagé ?»

 

Manon grimpa très vite sur les épaules

De la gentille, la gentille bestiole.

Rapidement, ils furent de l’autre côté

 

Et Manon lui donna un gros baiser

2 commentaires

Changement de sous-titre

J'ai changé le "sous-titre" de mon site. Après "des mots avec humour", j'ai pensé que "des histoires et des jeux" correspondait mieux à la réalité. En effet, je raconte des histoires et je propose des jeux pour petits et grands.

D'autre part, je tente d'archiver mes articles de blog. Malgré l'aide que je trouve en ligne, ça ne marche pas. Mais l'informatique étant une sale bête capricieuse et terrifiante, un jour l'ordinateur obéira à ma volonté. Si, si!!

La rénovation de mon site est en cours. Alors, revenez souvent pour apprécier l'avancement des travaux et soyez patients

0 commentaires

Bientôt Noël

Noël approche! Le Père Noël est cette année bien reposé et quand il est en forme, il fait des beaux cadeaux. Jugez-en: Tous mes livres sont vendus 2 € port gratuit jusqu'au 31 décembre.

Que dire de plus sinon "JOYEUSES FETES!"

0 commentaires

Salon du livre

Le Salon du livre alpin se tiendra cette année au Palais des Sports de Grenoble le vendredi 13 novembre de 14 h à 20 h et les samedi 14 et dimanche 15 novembre de 10 h à 19h. L’entrée est gratuite.

J’espère avoir le plaisir de vous y rencontrer et de vous faire découvrir mon nouveau livre pour enfants : « Le Pays des bulles de savon ». Un petit cadeau vous sera offert pour tout achat et des papillotes pour les gourmands. Alors ! Venez nombreux


0 commentaires

4è de couverture

0 commentaires

Nouveau livre


0 commentaires

Grille Charlie

Ca y est! Ma grille en hommage aux dessinateurs assassinés le 7 janvier est disponible sur mon site, rubrique "jeux, grilles à thème".

Un hommage de plus à ces humoristes de talent qui ont payé de leur vie leurs convictions.

Je vous conseille aussi de lire "la bd est Charlie": Recueil de dessins de créateurs géniaux à la plume drôle et sarcastique car, comme disait Cavanna, "l'humour est un coup de poing dans la gueule" et je rajoute: et ceux qui n'en ont pas ratent quelque chose!

0 commentaires

dessin

0 commentaires

Charlie

Charlie

Le sang de Charlie coule dans mes crayons

Télécharger
IMPOLITESSE A CHARLIE HEBDO.pdf
Document Adobe Acrobat 169.4 KB
0 commentaires

Bonne année 2015

2014 est enterrée, vive 2015 et nous avec!

Je souhaite à mes lecteurs beaucoup de bons livres et des jeux intéressants

0 commentaires

Salon du livre

Vous pourrez me retrouver au Salon aux heures d'ouverture. 

Un cadeau vous attend à ma table et un sourire... Si, si!!

0 commentaires

La Vie compte à rebours est paru

Le livre est disponible sur mon site, sur Amazon en papier, sur Amazon en kindle et, le week-end prochain, au Salon du livre de régionalisme alpin de Grenoble, place de Verdun.

A commander!

Tous mes kindle à 50%


Sur Amazon kindle, c'est déjà Noël! Grande promo sur mes e-books. Mes e-books sont à 50 %. Du 7 novembre au 14 novembre. Profitez-en! Le père Noël est en pleine forme

0 commentaires

La Vie compte à rebours lisible sur Amazon kindle

Mon nouveau livre est déjà lisible sur Amazon kindle pour 4 €. 

0 commentaires

La Vie compte à rebours

NOUVEAU LIVRE


Je vais publier un roman au titre évocateur :


"La Vie compte à rebours"


et au sujet grave:


Maxime meurt dans un accident de voiture.

Son âme se réjouit de sa libération et de son retour dans l’au-delà.

À partir des couleurs de l’arc-en-ciel qui forment l’aura d’un être, elle se remémore  les moments importants de son existence terrestre. 

Le film de la vie de Maxime commenté par son âme.


Un texte plein de sensibilité et tourné vers l'importance réelle de l'existence: l'âme qui continuera à vivre après notre mort et qui a vécu bon nombre d'aventures sur terre. 


0 commentaires

Le Courage de parler est paru

Le livre est maintenant disponible. N'hésitez pas!

0 commentaires

Réédition du Courage de parler

Je vais rééditer le Courage de parler. Nouvelle couverture plus gaie, typographie plus lisible. Ce souvenir d'enfance devrait trouver un nouveau public. Il le mérite.

Ce livre sera disponible dans une dizaine de jours. Vous pouvez le réserver dès à présent au prix de 10 €, frais de port compris dans mon e-boutique

0 commentaires

Nouveau livre

Je viens de publier un recueil de 44 mini mots fléchés. De quoi s'amuser des heures avant les premières gelées!

0 commentaires

DERNIER JOUR

Aujourd'hui, c'est le dernier jour pour profiter de ma promo sur Amazon kindle: "Moi, je n'aime pas les pépés", "Des Larmes de vie" et "L'Office des Morts" à 0,99 €.

Un petit prix pour un max de plaisir!

Profitez-en vite, ce soir, il sera trop tard!

0 commentaires

RAPPEL

N'oubliez pas: jusqu'à samedi, mes 3 ebooks sont à 0,99 € sur Amazon.

Profitez-en!

0 commentaires

0,99€

A partir du lundi 26 mai et jusqu'au 1er juin, mes 3 ebooks sur Amazon seront vendus 0,99€. Un prix exceptionnel et l'occasion rêvée de découvrir et d'offrir "Moi, je n'aime pas les pépés", "Des Larmes de Vie" et "L'Offce des Morts".

A ne pas rater! 

0 commentaires

96

C’est le nombre d’internautes qui se sont abonnés à ma newsletter depuis le début de l’année. La première a été envoyée hier. Pas facile de la créer et de retenir l'attention des lecteurs. Espérons que j’arrive à les fidéliser et qu’ils fassent beaucoup de petits !

Les nouveaux abonnés sont les bienvenus.

0 commentaires

Nouveau

Le Courage de Parler est désormais disponible en ebook sur Amazon kindle.

Pour un tout petit prix, vous pouvez télécharger mon récit d’enfance et vous émouvoir de cet enfant, handicapé, qui, à cause de son défaut d’élocution, n’ose pas exprimer son amitié à un camarade de classe.

Ce livre est le quatrième publié en ebook chez Amazon kindle après l’Office des Morts, Des Larmes de Vie et Moi, je n’aime pas les pépés !

 

De quoi vous occuper dans les transports en commun. Lire est une bonne occupation qui fait passer le temps plus vite.

Bonne lecture

0 commentaires

Réponse à mes ours

"Mes chers ours,

 

Votre ultimatum d'hier m'a profondément déçu. Votre jalousie n'est pas digne de vous; elle témoigne d'une étroitesse d'esprit dont je ne vous croyais pas capable. Sachez que les ours de mon bureau m'apportent un réconfort qui me manquerait sans eux.

Quand je berce Cokinou, c'est que je pense à vous et que mon coeur saigne d'être loin de vous. Mais je me dois de donner à mon Service le meilleur de moi-même et que même si Dany, Amandine, Stéphane ou Valérie me remontent le moral, personne ne vous remplacera jamais. Soyez-en certains!

Je respecterai cependant votre volonté et chaque fois que vous ferez une photo, je la posterai sur mon site et sur Facebook.

P.S. Cokinou aura bientôt un compagnon. Le Père Noël est toujours généreux avec les enfants (euh, les vieux!) sages! 

0 commentaires

Mes ours prennent la parole

Ce matin, j'ai trouvé la photo d'un de mes ours sur ma table avec ce mot d'accompagnement:

"Cher Bernard, tu sais que nous t'aimons beaucoup et nous savons que toi aussi, tu nous aimes un peu. Chaque matin, nous avons notre lot de bisous et un pot de miel dont nous nous barbouillons copieusement pendant que tu es à ton dur travail. Nous t'en remercions vivement.

Chaque matin, nous pensons à nos congénères que tu câlines au bureau alors que nous pleurons ton absence. Mais nous ne sommes pas jaloux! La jalousie est mauvaise conseillère. Elle pousse les gentils ours à faire de vilaines choses et nous ne sommes pas méchants. Même si de temps en temps, l'envie nous démange.

Alors, en guise d'avertissement, nous avons fait cette photo (voir en page "rêves d'ours" NDLR). Nous te prévenons, Bernard, à chaque fois que tu nous abandonneras, nous ferons une photo que tu devras partager sur Facebook et sur ton site. Sinon, nous débrancherons ton fauteuil roulant et nous ne t'aiderons pas à le remettre en route.

Signé: Tes ours préférés.

Je prépare ma réponse pour demain.

 

 

 

 

0 commentaires

Facebook

Bernardkieken.fr est sur Facebook. Depuis hier, mon site est sur le réseau social le plus connu du monde. J'y parlerai de mes activités littéraires ou ludiques: livres, jeux et j'y rendrai compte de celles des autres. Alors, n'hésitez pas: Envoyez sur ma page vos informations culturelles importantes et, en ce moment, si vous voyez le père Noël, prenez le en photo et faites profiter mes amis. Les enfants vont être ravis! Car il existe vraiment, si, si!!

Déjà 7 personnes aiment ma page. C'est plus que pour mon site.

Un jour, vous verrez : Un martien complètement desséché me dira "je t'aime, bernard!"

0 commentaires

Dans 25 jours, c'est noël !

Aujourd'hui, le compte à rebours a commencé. Noël, c'est dans 25 jours. Les marchés de noël sont déjà bien fréquentés, les enfants ont posté leurs lettres, les magasins scintillent de guirlandes multicolores.

J'ai toujours rêvé d'un noël sous 40° au bord de la plage. Moi, qui suis environné de montagnes enneigées, je suis servi! Ce sera pour une prochaine vie ou, peut-être, que c'est déjà fait! 

J'ai trouvé quelques cadeaux pour les rares personnes de mon entourage qui le méritent. Il m'en reste deux à acheter: Le nounours de Marionnaud et un DVD sur le handball pour mon petit voisin. De quoi devenir Karabatich ! Il vient de démarrer une carrière... A suivre

0 commentaires

Claude Rignot

Depuis 17 ans que je participe au Salon du livre de Grenoble, je revois chaque année les mêmes auteurs régionaux. Parmi eux, Claude Rignot, un auteur montagnard à la stature d’un Mont Blanc vigoureux et sûr de lui.

Le titre de son nouvel ouvrage attire la curiosité : « Allez savoir si le coq de la dernière basse-cour ne sera pas étranglé parce qu’il a chanté trop tôt le matin ». Titre qui sonne comme un dicton Ce livre devrait être lu dans les écoles. Les élèves y découvriraient la vie d’il y a cinquante ans dans les villages de Haute-Savoie où les habitants vivaient une existence dure mais emplie de petits moments de bonheur, où l’on se contentait de peu parce qu’il n’y avait rien d’autre. Après l’avoir lu, allez savoir si les jeunes n’apprécieraient pas mieux les instants quotidiens.

Claude Rignot égrène ses souvenirs en chapitres courts mais denses où chaque mot compte, dans  lesquels vivent Monsieur   Michel ou l’hôtelière qui fait des farces à ses clients.  On aurait presque envie d’y retourner, en ces temps où la télé n’existait pas, où l’homme parlait à son voisin. Même si, en regardant les « carnets de Julie » sur France 3, on comprend que le journal télévisé déforme beaucoup la réalité en mettant en avant les vilaines choses de la vie et que la réalité est plus belle .

En résumé, si j’étais médecin, je prescrirai un chapitre du « coq » par jour . C’est bon pour le moral!

0 commentaires

Merci

Oui, merci! Un grand merci aux nombreux lecteurs qui sont passés à ma table au Salon du livre de Grenoble et qui se sont intéressés à mes ouvrages. J'ai vendu 31 livres. Record pulvérisé! 

Ces livres sont toujours en vente dans ma boutique sur ce site et vous pouvez m'envoyer des messages de soutien sur mon livre d'or.

N'oubliez pas : Mes livres sont en promo jusqu'au 31 décembre. Profitez-en!

0 commentaires

Le Salon du livre ferme ce soir

Le Salon du livre de Grenoble bat son plein. Hier, j'ai vendu 17 livres: Un record sur une journée!

Venez m'aider à pulveriser mes stats : Je dois vendre encore 8 livres pour faire aussi bien qu'il y a quelques années.

Et toujours des petits cadeaux aux acheteurs: stylo ou calculette. Alors, à tout de suite, place de Verdun

0 commentaires

Promotions

Le salon du livre a lieu ce week-end à Grenoble. Comme vous le savez, j'y vendrai mes livres 5 et 10 €.

Sur mon site, ces promotions auront lieu jusqu'au 31 décembre. Pour 5 €, vous aurez:

 

- Moi, je n'aime pas les pépés!

- La Multiplication

- Maternalité

- Les mots croisés de Kikou

- 30 sudokus

 

Pour 10 €:

- L'Office des Morts

- Des Larmes de Vie

- Ca roule!

- Corentin et les squelettes

- Grands-pères

 

Evidemment, le port est offert par le Père Noël!

 

Alors, n'hésitez pas. C'est le bon moment pour découvrir mes ouvrages

0 commentaires

Salon du livre

Maintenant que les Bleus iront au Brésil, pensons aux choses sérieuses: Le Salon du livre de régionalisme alpin de Grenoble. Il se déroulera le vendredi 22 novembre de 14h à 20h, les samedi 23 et dimanche 24 de 10h à 19h à l'ancien musée de peinture place de Verdun.

L'occasion pour moi de rencontrer mes lecteurs et de leur proposer mes derniers ouvrages: un recueil de mots croisés et un autre de 30 Sodukus pour la modique somme de 5  € chacun.

Cette année, je vendrai mes livres 5 ou 10 €. Prix tout rond qui les incitera sans doute à en acheter plus. 

Moi, je n'aime pas les pépés! ou La Multipllication sont des cadeaux idéaux pour Noël. Les histoires de grands-pères ou de frères et soeurs font rêver les enfants, soit parce qu'ils n'en ont pas, soit parce qu'ils ont du mal à se situer par rapport à eux.

Mes recueils de mots-croisés ou de Sodukus aident à passer le temps en ces jours où il fait froid avec mes définitions rigolotes et au troisième degré. De même, mes mots fléchés, cachés, constituent un bon moyen d'apprendre de nouveaux mots et leurs synonymes.

Tout ça, vous les retrouverez au Salon du livre ce week-end et sur mon site 24h sur 24h!

A bientôt!

0 commentaires

Design renouvelé

Il y a longtemps que je voulais modifier le design de mon site et le personnaliser. J'ai donc réussi à mettre les couvertures de mes livres dans le header. C'est plus joli, non?

Le week-end prochain, je serai au salon du livre de régionalisme alpin de Grenoble, place de Verdun. Il va falloir que je prépare mon sac avec tous mes livres et des cadeaux pour les acheteurs. Eh oui, tout le monde n'aura pas des stylos ou des calculettes à mon nom! Il faut les mériter.

Si vous êtes dans le coin et si vous êtes alléchés par cette promesse, retrouvez-moi à l'ancien musée de peinture, je serai heureux de faire votre connaissance. 

0 commentaires

AMAZON

Depuis le 6 juillet, 3 de mes livres sont en vente sous forme de kindle sur amazon.com

Sur ce site, cliquez sur la boutique kindle et taper le titre du livre. Contre 3 ou 4€, vous pourrez les lire sur vos tablettes ou sur votre PC.

"Moi, je n'aime pas les pépés" et "Des Larmes de Vie" sont magnifiquement illustrés par Lau.

0 commentaires

Lettre au Père Noël

Aujourd'hui, je lance un concours. Il s'adresse aux enfants qui savent lire et écrire. Envoyez-moi votre lettre au Père Noël: Faites des dessins, parlez-moi de vous ou de lui, dites ce que vous voulez qu'il vous apporte.

Les 10 plus belles lettres au Père Noël recevront mon livre "Moi, je n'aime pas les pépés!"

N'oubliez pas de mettre votre prénom pour que je puisse vous identifier.

A bientôt!

0 commentaires

Les vacances sont finies!!

Eh oui! Les vacances scolaires sont terminées! Bouh! Les pauvres enfants sont bien tristes. 

Mais le Père Noël affûte déjà son traineau, loin, très loin dans son pays bien à l'abri des regards indiscrêts. Il entraîne ses rennes dans des longues balades enneigées pour qu'ils soient en forme le jour J. Les enfants organisés commencent à éplucher ses catalogues qu'il distribue dans les boites aux lettres pour lui commander plein de cadeaux.

Les enfants, n'oubliez pas: Le père Noël n'est pas madame Irma, il ne peut pas deviner les jouets qui vous feraient plaisir. Ecrivez lui vite pour qu'il connaisse vos désirs...

Et en attendant cette date magique du 24 décembre, continuez de vous amuser avec mes mots fléchés et mes sodukus spécialement conçus pour vous distraire.

Moi, c'est toute l'année que je travaille pour vous!

0 commentaires

Mes mots mêlés pour les jeunes

Salut les jeunes !

 

 

Moi, c’est Kikou ! Vous êtes en vacances et il neige. Sur ma terrasse, il est tombé cette nuit 20 cm. Je vous imagine vous battant à coups de boules de neige mais vous n’habitez pas ici et vous vous ennuyez.

Que faire ? Rassurez-vous : Kikou a tout prévu ! J’ai créé des mots mêlés sur des thèmes aussi variés que le nom des fruits, sur Halloween ou la neige. A vous de les retrouver dans mes grilles en les téléchargeant. Vous pouvez les imprimer et barrer les mots que vous aurez reconnus. Chouette, non ? J’ai inventé ces grilles en pensant à vous, mes jeunes internautes.

Vous allez les adorer !!

En plus, pendant les vacances, je vais en mettre très souvent en ligne sur mon site bernardkieken.fr. Comme ça, vos journées passeront plus vite.

Bon amusement et à bientôt !

1 commentaires

Moi, je n'aime pas les pépés!

Quand j’ai écrit cette histoire pour les jeunes de 7 à 10 ans, je ne pensais pas qu’elle paraîtrait avec cette jolie couverture et ces dessins aussi bien faits et rigolos.

Et puis le destin s’en est mêlé. En l’occurence, le Destin s’appelle Lau. Cette artiste plasticienne de talent a lu une de mes nouvelles et en a tiré un portrait qui m’a plu. Je lui ai proposé d’illustrer mon livre pour enfants et voilà le résultat.

Notre livre a tout pour plaire : Une histoire sensible et pleine d’humour, une couverture attrayante, une quatrième de couverture  rigolote, des illustrations charmantes et bourrées de vie. De quoi ravir les bambins le mercredi ou durant les vacances scolaires. Toutes les occasions seront bonnes pour offrir notre livre : Anniversaire, fête et bientôt Noël. Mais faut-il trouver des raisons pour acheter un beau et bon livre et faire plaisir à un enfant que l’on aime ?

Notre livre est disponible sur nos sites respectifs sur papier au prix de 7 € et en e-book pour 4 €.

Bernardkieken.fr

Laugalerie.com

 

1 commentaires

Le Papillon

Short-edition.com, le site grenoblois dédié aux textes courts, vient de publier mon poème: Le Papillon. Deux êtres humains qui s'aiment et deviennent un papillon.

Allez savoir où va se nicher l'imagination!

Short-edition.com a l'air d'apprécier mes histoires. Dernièrement, j'ai fait leur connaissance lors de la présentation de leur site chez Glénat. Equipe très sympa, ambiance décontractée et chaleureuse, présentatrice très drôle. Et jeunes très sportifs puisqu'ils ont dû porter mon fauteuil roulant (100 kgs tout de même!) car l'estrade empiétait sur le passage prévu pour les handicapés.

Tous les trois mois, ils vont récompenser les meilleurs textes. Peut-être qu'un jour...je gagnerai une écharpe rouge, le prix qu'ils décernent aux vainqueurs.

Un éditeur à encourager. Pour une fois qu'un éditeur grenoblois n'est pas obsédé uniquement  par la montagne!                        

0 commentaires

Publication d'une nouvelle

La nouvelle « le train de 17h52 » de Bernard Kieken publiée sur short-edition.com

Bernard Kieken vient de publier sur short-edition.com sa nouvelle « le train de 17h52 » sous le pseudonyme de kikou.

Le texte, très court, conte l’histoire d’un homme qui se débarrasse de sa femme et le paie très  cher. La morale est sauve et l’égalité des sexes préservée.

Short-edition.com est un nouveau site qui met en ligne des histoires plus ou moins longues. Les internautes peuvent voter pour le texte de leur choix et faire gagner leur favori. Une édition papier des meilleurs textes est à la clé. 

Le lecteur a donc la possibilité d’apprécier l’humour et le style incisif de cet auteur qui ne s’embarasse pas de fioritures. La chute est toujours surprenante et spectaculaire, le ton corrosif. Un ton que l’on retrouve dans le recueil de nouvelles « DES LARMES DE VIE » qu’il vient de sortir en auto-édition et disponible sur son site bernardkieken.fr.

Bernard Kieken est un auteur grenoblois. Handicapé physique, il a publié de nombreuses nouvelles dans des revues spécialisées ainsi qu’un polar canin. Il écrit également des textes pour la jeunesse. La sortie de « Moi, je n’aime pas les pépés ! » pour les 7-10 ans est prévue dans les prochains jours.

 

 

0 commentaires

Nouveau livre pour enfants

 

Lau, décidément très inspirée, a créé cette couverture pour mon nouveau livre pour enfants. Son titre est caché pour aiguiser la curiosité de nos futurs lecteurs.

Faites travailler vos méninges et proposer un titre! Les 5 propositions les plus rigolotes gagneront un exemplaire dédicacé du livre.

Regardez bien ce dessin et répondez très vite sur mon livre d'or 

 

0 commentaires

La Flamme Marie-Claire

Cette flamme revient annuellement pour briller dans les yeux des enfants. Comme chaque année, le journal Marie-Claire organise cette action humanitaire. Il faut la soutenir.

En achetant une bougie dans les points de vente partenaires (liste disponible sur laflammemarieclaire.org), nous permettons à des petites filles d’accéder à l’éducation. Etre éduquer, c’est avoir un minimum de connaissances pour se défendre et relever la tête. Il faut savoir qu’aujourd’hui, 41 millions de fillettes ne vont pas à l’école et que 515 millions de femmes ne savent pas lire ni écrire.

Apprendre arrête le cycle de la pauvreté et relance l’économie du pays. Devenir moins pauvre permet de manger à sa faim et réduit la mortalité infantile. Instruites, les fillettes donc les femmes sont à même de participer à la vie sociale et de changer les choses. Elles acquièrent de nouveaux droits, un meilleur statut social et une indépendance financière.

Tous les bénéfices de la vente des bougies seront intégralement reversés à 3 associations : Toutes à l’école au Cambodge, la Chaîne de l’espoir en Afghanistan et l’Afev en France.

Alors n’hésitons pas. Achetons une bougie pour 4 € et donnons leur chance aux fillettes du monde entier.

 

 

0 commentaires

Les arcanes du web

En créant mon site pour communiquer avec les internautes et me faire de nouveaux amis, je me suis renseigné pour trouver les moyens pour émerger du lot et me faire connaître.

Trois mois plus tard, j'ai fait plusieurs connaissances intéressantes et prometteuses. 

LAU, une plasticienne dont le site déjà excite la curiosité: Peintures originales, cartes postales, photographies animalières, portraits et manipulations d'objets. Tout y est beau. Dommage que je n'ai pas grand monde à qui offrir une de ses oeuvres. Un jour, je craquerai pour ses "fantômes" et je les commanderai. A moins qu'une autre création me fasse envie. laugalerie.jimdo.com

Anne, elle, a répondu à mon sondage. Nous avons commencé à nous écrire et nous continuerons sans doute longtemps.

Je me demande comment les gens font pour me trouver. Certains viennent de Russie, du Canada et récemment d'Afrique. Par quel heureux hasard tombent-ils sur bernardkieken.fr et reviendront-ils?

Je sais: il y a les référencements de site et surtout mes articles de blog que je mets sur d'autres sites de blog. Mais ça n'explique pas tout. Amis lecteurs, soyez gentils: écrivez un petit coucou sur mon livre d'Or pour laisser autre chose de votre passage que des statistiques froides et sèches.

Merci.

1 commentaires

Résultats du sondage

Handicap et humour font-ils bon ménage ?


Quand j’ai lancé ce sondage, je pensais que mon site croulerait sous les réponses. Deux mois plus tard, force est de constater que trois opinions ne sont pas significatives. C’est l’inconvénient d’être nouveau sur le web : la concurrence est féroce.

La vraie question est celle-ci : Peut-on vivre sans avoir de l’humour ? Je ne pense pas. Il est plus facile de supporter la vie en riant de ses problèmes qu’en pleurant dessus. Handicapé ou pas. Ce n’est pas pour rien que le rire est le propre de l’homme. Le premier qui s’est surpris ou qui a surpris ses congénères à rire a-t-il ressenti un bien-être ? Sans doute puisqu’il a recommencé et que les autres l’ont imité ?

Le rire permet de se distancier vis-à-vis des difficultés qui surgissent et de les minimiser pour mieux les affronter. J’ai toujours été étonné de voir rire quelqu’un qui manque de tomber ou qui casse un objet. C’est à mon avis un moyen de cacher sa peur ou sa gêne. Si cela arrive quand nous sommes seuls, nous ne rions pas.

Personnellement, j’ai toujours eu de l’humour. Le titre de mon site est explicite : Des mots avec humour. Il m’a beaucoup aidé à continuer, à poursuivre ma route. Les enfants ont de l’humour. Un garçon, un jour, m’a demandé si je dormais dans mon fauteuil. Ca m’a fait rire. Evidemment, la réponse est non ! Je dors dans mon lit comme tout le monde devrait le faire.

Mon humour préféré est le noir, bien serré. Celui qui fait les bonnes chutes de mes nouvelles, qui marque les esprits. Quelques-unes sur mon site devraient vous plaire.

Certaines difficultés brisent cet humour. Comme par exemple, lorsque mon fauteuil roulant tombe en panne. Là, plus question de rire. Sans lui, je ne suis plus rien.

Pour terminer, je laisse la parole à une internaute : « Je crois que la clé, c’est d’être bien dans ses baskets, handicapé ou valide, jeune ou vieux, quelque soient la couleur de peau ou l’origine, et les particularités de chacun. Je pense que quand on est bien dans sa peau, l’humour est une forme de communication plaisante et enrichissante pour tout le monde.
Alors pourquoi pas de la part d’une personne handicapée, et pourquoi pas de l’auto-dérision ? Moi je dis oui. L’humour peut faire passer beaucoup de choses, et certainement faire passer une particularité physique, un bégaiement, la présence d’un fauteuil, le fait de boiter, un membre manquant ou différent, etc… C’est aussi montrer qu’on accepte soi-même sa propre différence.
Arriver à en rire soi-même est un gros atout pour dédramatiser une situation peu commune et la faire mieux accepter par les autres ».

Conclusion : Le rire et la vie sont sur un bateau. Le bateau coule. Qui des deux fera les plus belles bulles ? Vous avez déjà essayé de rire sous l’eau ?

Le sondage est clos mais la discussion reste ouverte sur bernardkieken.fr

 

 

1 commentaires

La métempsycose

La métempsycose est le fait de croire que l'être humain peut se réincarner dans un animal. Certains y voient une dégradation.

Personnellement, j'y vois plutôt une continuité dans la Roue de la Vie. L'homme s'est toujours senti supérieur aux bêtes, qu'il considère comme moins intelligentes parce que, finalement, ça l'arrange bien.

L'idée d'avoir vécu comme un lion, une biche ou une mouche me plaît énormément. Celle d'avoir été un animal domestique me rassure encore plus. La compagnie d'un  chat, d'un chien apporte d'innombrables bienfaits à une personne. Elle comble sa solitude, lui apporte aide affective et soutien moral. Elle permet au maître ou à la maîtresse de se sentir utile. La compagnie d'un minou ou d'un toutou offre la possibilité d'entrer en contact avec les  autres. Elle attire les enfants et les parents entament la conversation. Au fil des jours, des amitiés se créent.

Personnellement, mon enfance et ma jeunesse ont été bercées par un chien qui m'a donné tout l'amour du monde. Ma famille m'en offrait beaucoup mais cet épagneul breton est resté à jamais gravé dans mon coeur tout comme l'est ma grand-mère. Il était continuellement disponible (ou était-ce moi qui l'étais pour lui ?) pour me proposer sa papatte pour recevoir mes caresses. Il m'a servi de confident et de compagnon de jeux. Il a remplacé les copains qu'on a habituellement à cet âge.

En passant sur un marché, nous avons, ma mère, mon frère et moi acheté un chiot. J'ai choisi le plus chétif et le plus peureux de la portée. Le vendeur a demandé à ma mère si je ne risquais pas de lui faire du mal, en rapport avec mes mains handicapées. Qu'il soit rassuré: Mon chien a toujours eu l'air d'apprécier mes caresses et il était quasiment insatiable.  Sans lui, mes journées auraient été plus longues et je n'aurai pas écrit la nouvelle que le lecteur peut lire sur ma page Enfances cruelles.

J'aimerai avoir été ou devenir dans une autre vie le compagnon d'un homme à qui j'aurai ou je pourrai donner ma tendresse. Respecter les animaux, c'est se respecter soi-même. Vous ne croyez pas?

0 commentaires

Vivent les taureaux !

Ce matin, j'ai reçu un email de la Fondation 30 millions d'Amis me demandant de signer leur pétition contre l'inscription de la tauromachie au Patrimoine Culturel Français. Je l'ai signée. Et vais la faire circuler autour de moi.

Et Frédéric Mitterrand va reculer devant les tonnes de papier qu'il va recevoir. Que pourrait-il faire d'autre ! Inscrire cette barbarie serait faire fi de la souffrance de l'animal pour l'unique plaisir humain. Ce serait revenir au temps des Romains qui sacrifiaient leurs esclaves dans l'arène. Il y a longtemps déjà  qu'on aurait dû interdire cette horreur sans nom. 

Certains affirment que l'animal ne souffre pas. Quelle bêtise! Le taureau ressent des sensations comme n'importe quel être vivant. C'est pur plaisir sadique, oui! Il devrait être puni par la loi, celui qui donne la mort de cette façon, en faisant durer l'agonie et ceux qui applaudissent les passes sanguinaires devraient avoir honte de leur geste.

N'ayons pas peur des mots: Oui, la tauromachie est une honte pour le genre humain (une de plus!) et faisons en sorte que cette honte s'arrête le plus vite possible pour que l'homme puisse un peu relever la tête et que son horizon s'élargisse.

Plus la pétition sera signée, plus il pourra le faire. 

Signez la sur 30millionsdamis.fr

 

0 commentaires

L'Office des Morts sur wikiroman.com

Ca y est ! C'est fait!

Sur wikiroman. com, depuis aujourd'hui, vous pouvez lire mon polar L'Office des Morts. 30% gratuitement et la totalité pour 8 €. En Epub et Ipad.

L'Office des Morts, le polar canin se déroule exclusivement dans les rues de Grenoble où un tueur assassine les directeurs généraux d'un office d'HLM. Pour quoi ? Comment? Devinez qui trouvera le coupable ? 

Otello, le chien malin du commissaire Caruso, bien sûr !

Avec lui, vous vous moquerez des déboires de son maître complétement dépassé par les meurtres horribles. Avec lui, vous rirez des pensées qu'il émet sur la nature humaine. Avec lui, vous découvrirez la capitale des Alpes sous un nouveau jour.

Amateurs de suspense et de chien de policier, ruez-vous sur wikiroman.com et lisez mon polar. La première enquête d'Otello aura peut-être une suite. C'est à vous de décider...  

0 commentaires

L'Ours

Le journal rapporte qu'un ours en hibernation a été réveillé en sursaut par un promeneur imprudent. Celui-ci a dérapé et a glissé dans les pattes de la bébête qui faisait son somme hivernal. De quoi rendre furieux l'animal. L'homme a pu s'échapper.

"Bernard" signifie, paraît-il, en vieil allemand, "ours". Je comprends donc aisément l'effroi qu'a ressenti la bête. Je n'appprécie pas beaucoup  d'être réveillé par un inconnu qui s'invite chez moi en pleine nuit inutilement. Cela est très pénible. Personnellement, je ne l'aurai pas laissé partir. Je l'aurai reniflé, soupesé. Je lui aurai demandé ses papiers d'identité et, pour finir, je l'aurai croqué. On ne dérange pas impunément un dormeur de longue durée.  

Le promeneur a averti les chasseurs de la présence de cet ours, jugé inoffensif. Encore un peu, l'ours se serait fait massacrer! A vous dégoûter d'être gentil et humain!

D'un autre côté et pour être juste, un ours qui n'est pas encore réveillé au début du printemps a de quoi surprendre. Son horloge intérieur doit avoir des ratés ou avait-il commencé son hibernation en retard. Il devrait se faire examiner par un vétérinaire.

Chers lecteurs, vous connaissez ma forte sympathie envers cette espèce en voie de disparition. Mon calendrier expose des ours polaires qui me ravissent et mon appartement abrite des nounours en peluche trouvés ici ou là. Mon amour envers eux n'est plus à démontrer. C'est pourquoi, je propose de remettre une médaille à l'animal. Celle de la Fraternité entre l'Animal et l'être humain car l'homme voulait faire disparaître la Bête par peur ou par bêtise. Tandis que l'Ours n'a rien tenté pour le tuer...

Ou peut-être n'était-il pas bien réveillé!

0 commentaires

Et si on rigolait?

Aujourd'hui, faites attention! Votre réveil va vous laisser dormir 5 minutes de plus, le chauffeur de bus va vous attendre pour redémarrer, vos collègues de bureau vont être bien réveillés. A midi, vous allez manger votre plat préféré. La femme de ménage ne va pas faire disjoncter votre ordinateur,  vos poissons rouges vont devenir tout noirs pour vous faire une peur bleue. Votre patron va vous convoquer pour vous donner tous ses bonux, euh, ses bonus. Votre conjoint ou jointe va vous dire "Je t'aime, Albert ou Léopoldine!" Alors que vous vous prénommez Jules ou Julie. 

Et alors, là, vous allez comprendre que le type à gauche de votre écran vous a pris pour une bille et  que demain, c'est le 2 avril et que la vie est redevenue atroce: Le Japon nous pollue, Khadafi nous emmerde, l'Europe n'est qu'un mot dans le dictionnaire et que Sarko... Ah Sarko!

En réalité, la véritable nouvelle de ce 1er avril est que Nicolas a démissionné et que François l'a remplacé...

Mais, au fait, quel François?

0 commentaires

Mon Salon du Livre

 Le salon du livre de Paris bat son plein. Cette année, les auteurs nordiques sont à l’honneur. Les polars glacés donnent la chair de poule aux lecteurs français qui les adorent et les lisent bien protégés sous la couette.

J’aurai dû participer à celui de 1997. J’étais à deux doigts. L’éditeur qui avait accepté de publier « Le Courage de Parler » 1ère édition, monnayant 1500 exemplaires pour la modique somme de 9000 F, m’avait généreusement invité à une séance de dédicace. J’étais à Paris, avec ma mère. Nous avions programmé la visite de la Capitale, j’avais peaufiné quelques phrases mémorables à inscrire en première page de mon premier livre. J’avais arraché une dizaine d’exemplaires à cet éditeur et les avait distribués à des revues ayant reconnu la valeur de mes nouvelles. Ma mère et moi, avions déjeuné près d’une table où devisaient Anne Carrière et son auteur phare du moment, Paolo Coehlo. J’imaginais déjà ce dernier à mes genoux me suppliant de ne pas lui piquer sa place lorsque mon éditeur me prévint que tout était annulé. Le stand d’à côté venait d’être saccagé par des voyous.

En réalité, le voyou c’était lui car je compris, par la suite, qu’il n’avait sorti que les dix exemplaires que j’avais eus. De là, à penser qu’il avait lui-même programmé ce saccage pour éviter d’être mis à jour… Si vous croisez Gil(bert) Wern(dorfer), dites-lui que la justice l’a condamné à me verser 20000 F pour dédommagement et qu’il arrête de déménager à la cloche de bois ; l’huissier n’a pas réussi à le rattraper. Pour un premier essai, ce n’était pas un coup de maître.

Jeunes auteurs, rengainez votre impatience et attendez. Votre tour viendra et, s’il ne vient pas, c’est que votre nom ne doit pas briller en haut de l’affiche dans cette vie-ci mais qu’il illuminera une prochaine existence. Mozart n’a pas écrit toute son œuvre, jeune, par pur génie. Elle est certainement le fruit d’un travail antérieur. J’en suis persuadé.

Aujourd’hui, à part deux livres publiés à compte d’éditeur, ma production a vu le jour à compte d’auteur. Mon site va me servir de vitrine et, peut-être, quelques chalands la dévaliseront…

 

0 commentaires

Ecrire sa nécrologie

Un journal local anglais a demandé aux habitants de la ville où il paraît d’écrire eux-mêmes leur nécrologie pour la publier le moment venu. Cette petite bourgade est peuplée de nombreuses personnes âgées qui ont tendance à mourir toutes en même temps. La feuille de chou est dépassée par la mortalité galopante.

De deux choses l’une : soit, il faut trouver un médecin capable de prolonger la vie des mourants au moins de quelques jours pour fluidifier le flot; soit, le journal, embauche des rédacteurs. Il doit bien exister dans les environs proches des gens au chômage dont la plume facile peut gratter rapidement une quinzaine de lignes. Ces personnes font une brève enquête auprès de la famille sur les disparus, pondent l’article, tout ça en deux heures. Quatre nécrologies par jour par auteur et le retard se rattrape allégrement.          

D'un autre côté, écrire sa propre nécrologie peut être instructif. On est certain qu’aucune bêtise ne sera publiée et que l’article sera conforme à ses dernières volontés. Si la trace qu’on laisse dans la mémoire des lecteurs n’est pas indéfectible, on aura toute sa mort pour se le reprocher mais ce sera de sa faute. Ensuite, c’est l’occasion de faire le bilan de sa vie, de se souvenir des étapes importantes et de se poser la question : « L’ai-je bien traversée ? ». Sans doute, qu’une fois rédigée, quelques « auteurs » répondront modestement que, finalement, cette nécro est inutile, au regard de la banalité de leur existence. D’autres, comprendront, in extremis, qu’il est préférable de la jeter au panier que de la faire paraître. Elle pourrait dévoiler quelques honteux secrets. Cela fait déjà beaucoup de monde d’éliminer. Ne resterait que les personnalités marquantes de la ville.

Si j'écrivais ma nécrologie, je noterai : "Débutée avec cinquante  minutes de retard parce qu'il ne trouvait pas un cri primal original à dire à ses parents, la vie de Bernard Kieken fut un chemin de croix. Entre les croisillons de son fauteuil roulant et les mots croisés qu'il publia sur le Net, entre son voeu avorté d'être moine et sa vie de famille sur laquelle il fit une croix par timidité, son existence se termina d’une façon toute bête : Un matin, son auxiliaire de vie le découvrit les bras en croix et les jambes décroisées. Elles, qu’il avait tant de mal à décroiser de son vivant.

Ce qui tendrait à prouver que mourir peut, parfois, être profitable. Rassurez-vous, chers lecteurs, je tenterai l’expérience le plus tard possible.

 

0 commentaires

L'enfer au Japon

Depuis dimanche, le Japon vit un enfer.

Tremblement de terre provoquant un tsunami, centrale nucléaire en feu, des villes entières rasées en quelques secondes. L'Apocalypse est devant nos yeux de téléphages insatiables et toujours preneurs d'images terribles.

Au-delà de l'effroyable, vécu par ses populations et de leur dignité reconnus par tous, soulignons l'inquiétude de l'homme. Certes, la mobilisation va son chemin: vivres, couvertures et tout le reste vont arriver sur place très vite et c'est tant mieux.Comme d'habitude, les Associations humanitaires font de leur mieux et c'est tant mieux.

Mais ne regarde-t-on pas cet événement avec plus d'anxiété que d'autres? Ne scrute-t-on pas le nuage radioactif avec le souvenir au ventre de celui de Tchernobyl? Vous savez, Tchernobyl qui s'est arrêté aux frontières de la France, faute d'un visa en bonne et dûe forme! Tchernobyl qui a engendré des enfants difformes et désertifié toute une région.

Les japonais fuient la région contaminée, tentent de se rassurer en faisant détecter leurs radiations éventuelles, prient pour qu'un miracle se produise et commencent déjà à reconstruire une nouvelle existence. Parce que, forcément, la vie doit continuer. Coûte que coûte. Pour les enfants, pour le pays, pour le futur.

Justement, ce futur, de quoi sera-t-il fait? Va-t-on profiter de l'occasion pour changer de politique? Va-t-on profiter de cette catastrophe pour comprendre que nous sommes des apprentis sorciers et que l'homme va s'anéantir lui-même pour de l'argent? Qu'est-ce que l'argent face à la mort?La mort de la nature ne se fera pas sans mal. Sans plantes, sans animaux, l'être humain n'est plus rien. Incapable de se nourrir, il ne pourra survivre.

La Terre, elle, continuera de tourner. Elle inventera de nouvelles formes de vie et, c'est certain, elle ne fera rien pour nous sauver. Appelée à d'autres tâches beaucoup plus importantes.

Three Mile Island était un premier avertissement, Tchernobyl en était un deuxième, le Japon en constitue le troisième. Combien en aurons-nous d'autres avant la grande Explosion? Pas suffisamment, parce que l'homme n'a jamais vu plus loin que le bout de son nez. Il ne sait faire que des promesses et oublie que les conditions de vie qu'il crée aujourd'hui, il devra les supporter dans ses existences futures. 

Qu'en pensez-vous?

2 commentaires

Ce que je crois (2)

Je me suis toujours demandé pourquoi j'étais handicapé. Petit, je tapais du poing sur mon lit en me disant: "Pourquoi moi?". Evidemment, personne ne me répondait.

Jusqu'au jour où l'astrologie karmique m'ouvrit une porte. Sur un thème astral, les noeuds nord et sud donnent une indication sur les vies antérieures. Je n'ai jamais vraiment été convaincu par une unique vie se terminant en Enfer ou au Paradis. Trop d'injustices et de non-sens sont véhiculés par cette idée: un bébé qui meurt irait immédiatement au Paradis alors qu'un pépé qui a souffert toute son existence pourrait être voué aux Gémonies? Sur quels critères meurt-on jeune ou vieux? Mystère!

Le principe des vies antérieures me plaît davantage. Pour atteindre le Nirvana, chaque être doit connaître différentes formes terrestres, multipliant les expériences et les rencontres. Au bout est la Connaissance.

En ce qui me concerne, certaines de mes vies antérieures ont pesé lourd sur ma réincarnation actuelle. Beaucoup de pouvoirs et forcément d'abus avant m'en privent aujourd'hui mais ce n'est pas une punition, c'est une possibilité de comprendre ce que j'ai fait aux autres.

Mon handicap est une chance, aussi. Il me donne du temps pour regarder le monde et le retranscrire avec des mots. J'ai eu la chance de faire des études supérieures pour structurer mes idées après que ma solitude entre 17 et 20 ans ne m'ait plongé dans le Larousse qui a développé mon vocabulaire. 

Je crois que nous sommes programmés pour vivre la vie que nous vivons. Certes, certains l'écourtent volontairement parce qu'elle est trop lourde à supporter. Certes, on l'a trouve souvent ennuyeuse et difficile mais, au final, elle est emplie de richesses et de surprises.

La vie offre de multiples facettes, il en faut bien mille pour les survoler toutes.

Allez! J'arrête de philosopher pour aujourd'hui. La prochaine fois, je vous parlerai de métempsychose.

0 commentaires

Ce que je crois

Ma famille est catholique. Ma naissance "difficile" poussa mon père à me baptiser rapidement dès fois que j'aurai envie de me rendormir de nouveau. Bien sûr, mon baptême officiel se déroula selon les règles canoniques.

Le lycée de Dunkerque m'ayant refusé, je fis mes études dans le collège où avait été mon père. Un collège de curés.  On allait à la messe toutes les semaines et toutes les semaines, je  me confessais. Je devais bien souvent me triturer l'esprit pour dénoncer quelques péchés véniels.

La retraite de ma communion solennelle permit à ces prêtres de tirer parti de mon handicap en poussant mes camarades à m'entourer d'affection attentionnée. Cette ambiance chaleureuse me fit croire que celle d'un monastère serait pareille et je déclarais, à mon retour, à mes parents que je voulais devenir moine. A leurs yeux, mon handicap était un désavantage impitoyable. J'abandonnais vite l'idée mais ma vie ressemble parfois à un silence monacal. Heureusement, mes voix intérieures le remplissent aisément.   

Des années passèrent. Je quittais le collège dans des circonstances pas très catholiques. J'entrepris une licence de Lettres à Grenoble et j'eus l'occasion d'étudier l'astrologie qui constitua, sans doute, le début de ma vocation d'auteur. Je travaillais avec ardeur sur des vrais thèmes astraux offerts par les collègues de travail sympathisants avec moi. Ce qui leur démontra que derrière mes apparences, ma face cachée était plus enviable.

Mon thème astral allait m'amener vers un passé insoupçonné...

La suite, vous la lirez demain. 

0 commentaires

Un handicapé peut-il rire de lui-même?

Amis lecteurs, je lance un sondage : Un handicapé peut-il rire de lui-même? Peut-il se moquer de ses problèmes physiques, apparence, défaut d'élocution, étonnement des passants à son passage, compassion... Autrement dit: Peut-il avoir de l'humour?

Dans 2 mois, je ferai le bilan de vos réponses et je vous donnerai les miennes. N'ayez pas peur de vos mots, ils peuvent vous rapporter un livre.

Toutes les 10 réponses, j'offre un exemplaire dédicacé de "LA MULTIPLICATION".

Alors, bonne chance!

3 commentaires

Ma grand-mère

Aujourd'hui, c'est la fête des grands-mères. La mienne est morte il y a bien longtemps mais mon coeur pense à elle bien souvent.

Elle m'a toujours considéré comme "normal", moi l'handicapé de la famille. Comme toute ma famille, d'ailleurs. C'est elle qui, quand j'avais cinq ans, a dit à mes parents : " Il est bizarre, ce gosse, il ne bouge pas". Effectivement, contrairement aux autres enfants, je n'essayais pas de crapahuter sur mes quatre pattes pour partir à la découverte du monde. Je restais là où on me posais.

C'est elle qui m'apprit à lire.

Plus tard, ma grand-mère vit que ma ligne de vie faisait trois fois le tour de ma main, signe que mon existence serait longue. Elle y devina également que je deviendrai célèbre. Il va falloir y songer sérieusement parce que malgré tout le plus court est devant moi, à moi de battre le record des records...Mais un petit-fils ne doit jamais faire mentir sa grand-mère, alors...!

Ma grand-mère était, vous l'avez compris, extrêmement affectueuse et notre amour était réciproque.

De son temps, la fête des grands-mères n'existait pas. On les aimait tous les jours ou presque. Ce n'est pas parce qu'un gus a décrêté qu'un jour leur serait dédié, qu'il faut les ignorer le restant de l'année. Et puis, cette fête a son revers: le chagrin que ressentent les mémés oubliées. Il faudrait, pour y remédier, que chaque personne sans grand-mère offre des fleurs à des personnnes âgées isolées. Tiens, je lance cette idée : En 2012, on le fait. Chiche!

Mes grands-mères ne m'ont pas manqué; par contre, mes grands-pères, si.

Peut-être qu'un gus inventera la fête des grand-pères... A la place des fleurs, je préférerais un bon vin d'Alsace.

0 commentaires

Mes peluches

Vous allez me dire que je suis retombé en enfance avec mes peluches ! L'ai-je vraiment quittée ?

Dans mon enfance, j'étais plutôt poupées. J'avais un poupée que je manipulais le plus délicatement possible, ce qui n'était pas évident avec mes mains d'handicapé. Et puis, un  jour, ma "délicatesse" a fini de torturer la demoiselle qui a terminé sa vie à la poubelle...

Mes ours en peluches sont apparus beaucoup plus tard. Mon premier, je l'avais tellement aimé que ma grand-mère avait dû refaire le nez et les pattes. Chacun sait que l'amour est carnivore! Il a fini dans une boite à chaussure en guise de linceul.

Bien des années après, ma mère l'a exhumé et, depuis, il trône dans sa blouse à carreaux dans ma bibliothèque. Quand j'ai publié "La Multiplication", j'ai mis sa photo dans la page "présentation de l'auteur". Il est devenu une vedette.

Aujourd'hui, ma collection d'ours atteint la quarantaine et elle augmente régulièrement. A mon bureau, aussi, d'autres ours m'accompagnent. Un peu de tendresse dans ce monde de brutes aide à supporter le quotidien ! Ca a surpris quelques collègues mais les chefs acceptent.

Depuis peu, l'un de mes ours a élu domicile, à la faveur d'un remaniement, contre mon ordinateur, chez moi. Il me regarde du coin de l'oeil pour me dire: "Qu'est-ce que tu racontes comme bêtises?" mais il ne pourra pas m'en empêcher. Il est incapable de venir pianoter sur mon clavier comme le ferait un chat. Tous les grands auteurs vivent avec un animal. Moi, à défaut d'être un génie de la littérature, je vis avec des ours. Je suis certain qu'il va m'insuffler très bientôt quelques idées saugrenues pour mon blog. En fait, mes "nègres" sont mes ours mais ne leur répêtez pas, ils me demanderaient des droits d'auteur.

N'ayant pas de descendance, toute cette marmaille très silencieuse, ira, lorsque le Ciel me rappellera à lui, offrir sa tendresse à des enfants qui en manquent. Excepté le premier qui sera, comme moi, réduit en cendres et nous nous envolerons dans le Jardin du Souvenir au gré du vent.

0 commentaires

Adieu l'Annie

Annie Girardot est décédée dimanche. Au lendemain des César qui n'ont jamais récompensé sa carrière. Seul, un César du second rôle lui a été décerné pour "La Pianiste" où elle était tragique et humaine.

La vie d'Annie Girardot a été flamboyante: les plus beaux hommes l'ont tenue dans leurs bras, elle a joué dans des films légers et profonds, les spectateurs l'ont aimée. Malheureusement, l'Alsheimer l'a rattrapée et a grignoté sa mémoire. Quoi de plus terrible que de perdre son passé. Pour une actrice mais pour l'être humain en général. Ne plus se souvenir de son existence, être incapable d'en parler, être dans l'impossibilité de retracer sa carrière, c'est se retrouver nu comme au premier jour. Mais, au contraire d'un nouveau-né qui a tout à construire, la personne atteinte de cette maladie ne peut rien faire contre, elle ne se rend même pas compte de sa dégradation mentale.

Les hommages sur France 5 et TF1, hier soir, étaient dignes. On y voyait cette grande comédienne ne pas croire l'intervieweur qui lui disait qu'elle avait tourné dans 250 films pendant 50 ans. Elle pointait du doigt sa tempe pour le traiter de fou. Scène profondément émouvante à pleurer qui donne à réfléchir sur la fragilité de l'homme face à son destin.

Annie Girardot a rejoint ses anciens partenaires, Philippe Noiret, Michel Serrault et les autres. Elle a sûrement retrouvé la mémoire avant de la perdre à nouveau en renaissant.

Nous, en tout cas, nous ne l'oublierons pas tant que notre mémoire nous sera fidèle. L'Histoire du cinéma français vient de tourner une nouvelle page. Espérons que les bobines soient immunisées contre l'Alsheimer... 

0 commentaires

Les restos du coeur

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un autre cadeau que tous les blogueurs peuvent faire.

Danone et Carrefour offrent 10 repas aux Restos du cœur pour un article publié dans votre blog qui parle de cette opération. C’est donc avec plaisir que je le fais.

Il suffit de poster votre billet sur votre blog et de l’envoyer à

blogueurs@restosducoeur.org et voilà ! Joli cadeau, non ?

Qu’est-ce qu’on dit à Danone et Carrefour ? MERCI.

Et moi, je dis « bravo » à Zaza d’avoir fait passer le message. Les blogueurs aussi sont solidaires !

Quant à moi, je suis un peu débordé en ce moment. Pour recharger mes batteries (au sens propre comme au figuré, ah, ah !), rien de tel qu’une bonne nuit dans les bras de Morphée…


 

0 commentaires

Le cadeau

C'est samedi. Soleil mitigé.

Sur mon palier, j'ai des voisins qui ont 3 enfants : 6, 4 et 2 ans. Demain, c'est l'anniversaire du 2è. Je poserai, en début de matinée, un cadeau devant leur porte. Il le trouvera quand il sortira. Il poussera des cris; je saurai comme ça qu'il l'a eu. Plus tard, il viendra me remercier. Ca nous fera plaisir à tous les deux. 

J'ai pris l'habitude de procéder ainsi. Les parents vont en prendre pour quelques semaines de "Robots", "Kung-fu Panda" ou "Wall-e".

Ce petit robot de première génération qui tombe raide dingo devant une robote dernier cri est une pure merveille. Rendre humaines les expressions et les mimiques d'un tas de ferraille est le tour de force de ce dessin animé, rehaussé par des tubes de ma jeunesse.

Moi, qui suis une espèce d'être humain robotisé avec mon fauteuil roulant électrique, je le jalouserai...presque. Lui, me ferait presque envie avec ses pièces de rechange toujours prêtes à dépanner; elle, avec ses rondeurs bienvenues, me ferait fantasmer.

C'est vrai qu'à mon âge et mes habitudes de vieux célibataire, il ne me reste plus guère que les rêves pour survivre...Quoique...

A l'heure qu'il est, je vous souhaite la bonne nuit avec plein de rêves...ou de réalités toujours bonnes à grapiller.

0 commentaires

Les WC

Aujourd'hui, jeudi.

On demande souvent à un auteur à quel moment de la journée et où il écrit. Pour moi, la réponse serait double :

Forcément, l'après-midi puisque le matin je travaille et de préférence entre seize et dix-huit heures. L'hiver, après m'être gorgé de soleil; l'été, après avoir profité de ma terrasse.

Mais je pourrai également répondre le matin, sur les wc. Longtemps, j'ai dû attendre que l'infirmière ne m'aide à me relever pour rester pudique avant d'acheter la plus merveilleuse invention de l'homme asiatique : l'abattant avec jet douche (fabriqué par bidet-plastom.com).

Donc durant ses longs moments, bloqué sur les wc qui n'étaient pas fermés de l'intérieur, ma seule ressource d'évasion était mon imaginaire. Il se révéla fécond puisque bon nombre de mes nouvelles furent conçues dans cette antre de mauvaises odeurs où d'autres résolvent des grilles de mots-croisés ou lisent le journal.

Ce qui démontre, une fois de plus, qu'à tout malheur malheur est bon!

Sur ce, je sens une petite envie qui me taquine...

Bonne journée

0 commentaires

Mes grilles de mots-croisés

Aujourd'hui, mardi, il pleut! La nature se réjouit. Chacun son tour...

 

La construction de mon site se poursuit. Lentement, gentiment comme on dit en Suisse. En parlant de la Suisse, deux nouvelles grilles de mots-croisés vont paraître demain sur mots-croisés.ch. Ca m'en fera 130 au total publiées depuis décembre 2008 et 112 000 internautes accros à mon humour.

Serez-vous 112 000, chers lecteurs, à avoir visité mon site dans deux ans et à avoir compris toute l'importance qu'ont les mots dans ma vie? 

L'avenir le dira...

Bonne journée et à bientôt

0 commentaires

Pourquoi j'ai créé mon site

Aujourd'hui dimanche, toujours du beau temps.

Jimdo, l'hébergeur de mon site, se prépare à fêter son anniversaire ! Chouette, on va faire la fête ! Il a demandé aux "siteurs" (les propriétaires des sites) de donner les raisons de la création de leur site.

Les miennes sont lisibles sur ma page d'accueil. Allez-y : vous me connaîtrez un peu mieux.

Bon dimanche à tous !

0 commentaires

Mon premier blog

Aujourd'hui, samedi, il fait beau. Comme depuis un mois.

L'idée m'est venue cette nuit : Et si je publiais régulièrement (tous les samedis, par exemple) quelques pages de L'Office des Morts, le polar canin! Est-ce que ça intéresserait mes lecteurs? Mettons un chapitre par semaine. Le premier est déjà en ligne. Mes lecteurs veulent-ils la suite? Veulent-ils savoir pourquoi le tueur assassine les directeurs successifs d'un Office d'HLM? Veulent-ils faire la connaissance d'Otello, le fidèle chien du commissaire chargé de l'enquête? Veulent-ils partager l'humour...noir de cet épagneul qui n'a pas sa "langue" dans sa poche et qui porte des jugements sur les humains?            

A vous de  décider, chers lecteurs. Laissez-moi votre message et si vous êtes nombreux à le demander, à partir de samedi prochain le feuilleton débutera.

Bonne journée à tous!

0 commentaires