Mes peluches

Vous allez me dire que je suis retombé en enfance avec mes peluches ! L'ai-je vraiment quittée ?

Dans mon enfance, j'étais plutôt poupées. J'avais un poupée que je manipulais le plus délicatement possible, ce qui n'était pas évident avec mes mains d'handicapé. Et puis, un  jour, ma "délicatesse" a fini de torturer la demoiselle qui a terminé sa vie à la poubelle...

Mes ours en peluches sont apparus beaucoup plus tard. Mon premier, je l'avais tellement aimé que ma grand-mère avait dû refaire le nez et les pattes. Chacun sait que l'amour est carnivore! Il a fini dans une boite à chaussure en guise de linceul.

Bien des années après, ma mère l'a exhumé et, depuis, il trône dans sa blouse à carreaux dans ma bibliothèque. Quand j'ai publié "La Multiplication", j'ai mis sa photo dans la page "présentation de l'auteur". Il est devenu une vedette.

Aujourd'hui, ma collection d'ours atteint la quarantaine et elle augmente régulièrement. A mon bureau, aussi, d'autres ours m'accompagnent. Un peu de tendresse dans ce monde de brutes aide à supporter le quotidien ! Ca a surpris quelques collègues mais les chefs acceptent.

Depuis peu, l'un de mes ours a élu domicile, à la faveur d'un remaniement, contre mon ordinateur, chez moi. Il me regarde du coin de l'oeil pour me dire: "Qu'est-ce que tu racontes comme bêtises?" mais il ne pourra pas m'en empêcher. Il est incapable de venir pianoter sur mon clavier comme le ferait un chat. Tous les grands auteurs vivent avec un animal. Moi, à défaut d'être un génie de la littérature, je vis avec des ours. Je suis certain qu'il va m'insuffler très bientôt quelques idées saugrenues pour mon blog. En fait, mes "nègres" sont mes ours mais ne leur répêtez pas, ils me demanderaient des droits d'auteur.

N'ayant pas de descendance, toute cette marmaille très silencieuse, ira, lorsque le Ciel me rappellera à lui, offrir sa tendresse à des enfants qui en manquent. Excepté le premier qui sera, comme moi, réduit en cendres et nous nous envolerons dans le Jardin du Souvenir au gré du vent.

Écrire commentaire

Commentaires : 0