Ce que je crois (2)

Je me suis toujours demandé pourquoi j'étais handicapé. Petit, je tapais du poing sur mon lit en me disant: "Pourquoi moi?". Evidemment, personne ne me répondait.

Jusqu'au jour où l'astrologie karmique m'ouvrit une porte. Sur un thème astral, les noeuds nord et sud donnent une indication sur les vies antérieures. Je n'ai jamais vraiment été convaincu par une unique vie se terminant en Enfer ou au Paradis. Trop d'injustices et de non-sens sont véhiculés par cette idée: un bébé qui meurt irait immédiatement au Paradis alors qu'un pépé qui a souffert toute son existence pourrait être voué aux Gémonies? Sur quels critères meurt-on jeune ou vieux? Mystère!

Le principe des vies antérieures me plaît davantage. Pour atteindre le Nirvana, chaque être doit connaître différentes formes terrestres, multipliant les expériences et les rencontres. Au bout est la Connaissance.

En ce qui me concerne, certaines de mes vies antérieures ont pesé lourd sur ma réincarnation actuelle. Beaucoup de pouvoirs et forcément d'abus avant m'en privent aujourd'hui mais ce n'est pas une punition, c'est une possibilité de comprendre ce que j'ai fait aux autres.

Mon handicap est une chance, aussi. Il me donne du temps pour regarder le monde et le retranscrire avec des mots. J'ai eu la chance de faire des études supérieures pour structurer mes idées après que ma solitude entre 17 et 20 ans ne m'ait plongé dans le Larousse qui a développé mon vocabulaire. 

Je crois que nous sommes programmés pour vivre la vie que nous vivons. Certes, certains l'écourtent volontairement parce qu'elle est trop lourde à supporter. Certes, on l'a trouve souvent ennuyeuse et difficile mais, au final, elle est emplie de richesses et de surprises.

La vie offre de multiples facettes, il en faut bien mille pour les survoler toutes.

Allez! J'arrête de philosopher pour aujourd'hui. La prochaine fois, je vous parlerai de métempsychose.

Écrire commentaire

Commentaires : 0