L'Ours

Le journal rapporte qu'un ours en hibernation a été réveillé en sursaut par un promeneur imprudent. Celui-ci a dérapé et a glissé dans les pattes de la bébête qui faisait son somme hivernal. De quoi rendre furieux l'animal. L'homme a pu s'échapper.

"Bernard" signifie, paraît-il, en vieil allemand, "ours". Je comprends donc aisément l'effroi qu'a ressenti la bête. Je n'appprécie pas beaucoup  d'être réveillé par un inconnu qui s'invite chez moi en pleine nuit inutilement. Cela est très pénible. Personnellement, je ne l'aurai pas laissé partir. Je l'aurai reniflé, soupesé. Je lui aurai demandé ses papiers d'identité et, pour finir, je l'aurai croqué. On ne dérange pas impunément un dormeur de longue durée.  

Le promeneur a averti les chasseurs de la présence de cet ours, jugé inoffensif. Encore un peu, l'ours se serait fait massacrer! A vous dégoûter d'être gentil et humain!

D'un autre côté et pour être juste, un ours qui n'est pas encore réveillé au début du printemps a de quoi surprendre. Son horloge intérieur doit avoir des ratés ou avait-il commencé son hibernation en retard. Il devrait se faire examiner par un vétérinaire.

Chers lecteurs, vous connaissez ma forte sympathie envers cette espèce en voie de disparition. Mon calendrier expose des ours polaires qui me ravissent et mon appartement abrite des nounours en peluche trouvés ici ou là. Mon amour envers eux n'est plus à démontrer. C'est pourquoi, je propose de remettre une médaille à l'animal. Celle de la Fraternité entre l'Animal et l'être humain car l'homme voulait faire disparaître la Bête par peur ou par bêtise. Tandis que l'Ours n'a rien tenté pour le tuer...

Ou peut-être n'était-il pas bien réveillé!

Écrire commentaire

Commentaires : 0